Publié le : 16 juillet 20193 mins de lecture

Les compétences mentionnées et requises aux salariés dans leur fiche de poste peuvent évoluer à mesure que l’entreprise se développe. Dès lors, les effectifs doivent tenir compte de ces nouvelles exigences et s’y conformer. Voilà une des raisons pouvant amener des salariés à solliciter une formation pour l’apprentissage ou l’enrichissement dans une langue. Le dirigeant est-il tenu d’accepter ce genre de demande ?

Pourquoi un cours de langue en entreprise ?

La langue est un outil essentiel permettant la communication et les échanges en milieu professionnel. Selon les exigences d’une fonction, le salarié peut sentir le besoin d’apprendre ou se perfectionner dans une langue. Cela concerne les employés occupant des postes d’administration, de communication… Si l’employeur ne propose pas une formation interne apprentissage d’une langue, le salarié a tout à fait le droit d’en faire la demande. L’article L900-2 du Code du travail, traitant de la formation professionnelle continue, parle par exemple de développement de compétences du personnel pour favoriser l’adaptation au poste qu’il remplit. Selon toujours cet article, la formation professionnelle est aussi indispensable pour le maintien de l’emploi et pour l’acquisition de compétences élevées en vue d’une promotion.

Comment bénéficier d’un cours de langue en milieu professionnel ?

Dans la majorité des cas, l’entrepreneur n’est pas réticent à l’idée d’accorder à un salarié une formation interne apprentissage d’une langue. Celui-ci doit seulement démontrer que la nouvelle compétence linguistique obtenue lui permettra d’améliorer davantage ses prestations et résultats. Le financement peut ne pas être un problème pour l’intéressé, s’il a un Compte personnel de formation ou CPF. La demande porte alors ici sur la possibilité de suivre la formation en langue pendant une partie du temps de travail et sur une certaine période. Toujours dans ce contexte, le dirigeant peut organiser une formation en langue hors temps de travail, et ce, avec le consentement préalable du salarié.

Quels avantages pour l’entreprise ?

Autoriser une formation interne apprentissage d’une langue ou autre formation similaire apparaît comme une dépense en plus pour l’entreprise. Cependant, l’employé qui acquiert de nouvelles compétences se montre plus efficace dans l’exercice de son métier. Par ailleurs, les entreprises qui permettent à leurs collaborateurs de suivre des apprentissages peuvent avoir droit à des aides financières dans le cadre des conventions EDEC, de formation du Fonds National de l’Emploi… Il y a aussi les soutiens ponctuels des collectivités territoriales aux entreprises et aux salariés voulant monter en expertises.